ELECTRIC HEART :: fin de partie :: Game over. :: ♣ fiches :: présentations terminées
 

 Seo Jinwoon - not the usual cutie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Anti-Bot.

Messages : 61
Date d'inscription : 19/04/2015
Pseudo : Kirb.
Avatar : Lee Yoobi
Profession : Ingénieur informatique chez l'EH

MessageSujet: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Dim 19 Avr - 22:32




Seo Jinwoon

featuring Lee Yoobi

WHO?
nom: Seo
prénom: Jinwoon
âge et anniversaire: 21 septembre 2050, 25 ans.
occupation: Informaticienne à l'EH
groupe:Humans
Real Humans

Anti
.
« This is all a dream, you’re a cruel queen because you hid thorns behind that beauty » Tu es mignonne. Un minois d'enfant à peine sorti de l'adolescence, un sourire craquant et une manière de présenter les choses qui donnent l'impression qu'on peut te faire confiance sans détour. Que pourrait vraisemblablement cacher un minois aussi innocent ?

Étonnant mélange entre un minois très féminin et un nom typiquement masculin, tu étonnes et attendris. Tu es généralement joyeuse et chaleureuse, du genre à taquiner les gens si on te laisse le faire. Tu aimes bien rire de tout et de rien, mais tu es timide aux premiers abords. Assez forte de caractère, tu n'aimes pas qu'on te marche sur les pieds. Secrètement, tu rêves de créer un androïde, de trouver quelqu'un pour en créer avec toi.

Enfin, en tout cas, c'est ce que tu aimes laisser croire aux autres.

Ce que tu es vraiment est tout autre, et n'est connu de personne.

Tu n'es pas mignonne, tu as arrêté de l'être lorsqu'on t'a enlevé ta famille et ton passé.
Les sourires, tu les calcule au milimètre près, pour pouvoir amadouer et convaincre les autres. Pour leur donner l'impression qu'ils peuvent te faire confiance sans détour. Sans se douteur que sous ce minois aussi innocent, se cache une véritable calculatrice, manipulatrice. Qui ne vit que dans l'optique de réaliser son but ultime.
Ton nom masculin, tu le détestes, tu l'as toujours méprisé : il représente exactement le sacrifice de tes parents, l'abandon de ton frère. Mais tu t'y accroches car il représente aussi ta volonté de remplacer ton frère.
Sarcastique et pessimiste, tu n'as pas réellement autant de joie de vivre que tu t'efforces de montrer. Tu n'es pas du genre à sourire facilement, et tu sais qu'être chaleureuse est le meilleur moyen de mettre les gens dans ta poche. Une personne attentionnée et joyeuse incite toujours plus à la confiance qu'une personne renfermée et pessimiste.
Rire, tu ne sais plus vraiment ce que c'est. Ton rire est travaillé, forcé dans tous les détails, mais sculpté pour être naturel. Toi, le rire t'as quitté depuis bien longtemps et personne ne t'as fait sincèrement rire depuis... ton frère.
Timide, tu ne l'es pas. Tu n'aimes juste pas vivre en société. Tu préfères être avec les ordinateurs, les chiffres et ta musique. Tu n'aimes pas les humains que tu trouves aussi dégoûtant que les autres : ce sont eux qui ont créé les androïdes, cette erreur de la science.
Forte de caractère, tu l'es. Tu détestes qu'on te marche sur les pieds. Profondément marquée par un sentiment d'injustice, tu n'es pas du genre à avoir ta langue dans ta poche. Si quelqu'un t'agace, tu le lui diras clairement, pas besoin d'aller par quatre chemins.

Tu es ambitieuse. Tu n'es pas à l'EH pour avoir juste un travail et une vie tranquille. Tu y es pour monter les échelons, récolter le plus d'informations et te donner le plus de pouvoir pour pouvoir mieux anéantir.
Tu ne te mets jamais en colère, mais ressent toujours au fin fond de ta poitrine, une rage, une colère sourde contre le monde entier. Cette colère est dirigée vers la personne qui représentait ton monde, et s'est transformée en colère générale. Mais capable d'endurer beaucoup, tu es franche mais n'a pas un caractère qui s'enflamme dès la première agression. Au contraire. Tu aimes jouer, manipuler les gens et les voir échouer à voir ce qui te constitues vraiment te fait rire, te rends heureuse.

Et en même temps malheureuse.

Bien que tu ne veuilles pas l'admettre, tu as été profondément marquée par l'incident de ton premier virus. Le virus que tu essaies de créer depuis des années est d'ailleurs particulièrement difficile à réaliser puisque tu veux qu'il ne fasse pas de dégâts humains. Depuis l'événement, tu as développé un tic, celui de devoir te laver les mains très souvent, comme si tu te sentais sale en permanence. Sale des vies que tu as ôté, sale du sang sur tes mains. Mais avec le temps, la distanciation acquise au travers de l'EH, tu as fini par apaiser ce tic, et tu n'as que quelques crises de temps à autres.
WITH?

« As if time stopped, it’s dark; As if it’s 2AM, I’m holding back my breath, aiming for your heart »

15 juillet 2064.
« Jinwoon, peux-tu me dessiner quelque chose ? »

La jeune fille, lève un sourcil et dévisage son interlocuteur, interloquée par la demande. A treize ans passés, elle ne sait pas trop ce que dessiner peut apporter de bon à cette séance. Mais si ça veut dire qu’il va arrêter de lui soutirer des bribes de phrases avec ses questions incessantes, et que ça fait plaisir à sa marraine, Jinwoon veut bien s’y adonner.

« Dessiner quoi ? » demande-t-elle, d’une voix inquisitrice.

« Ce qui te passe par la tête, n’importe quoi, ce qui te plaît. »

Le regard baissé sur la feuille blanche que le psychologue lui tend, elle se concentre. La seule chose qui lui passe par la tête, à cet instant, c’est l’ennui d’être ici. C’est le défilement incessant de toutes les équations et formules informatiques qui bourdonnent dans son esprit et l’empêche de se concentrer sur quoi que ce soit d’autre.
Alors elle attrape un crayon noir et elle commence à non pas dessiner mais coucher sur papier toutes les formules qui lui viennent à l’esprit, toutes les commandes et les chemins pour constituer la mémoire vive d’un androïde. Les formules sur lesquelles elle avait travaillé pour son frère aîné, et qu’elle n’avait même pas pu lui montrer, avant qu’il disparaisse. Avant qu’il l’abandonne.

La page noircie de chiffres et de lettres, Jinwoon relève les yeux vers l’homme qui l’observe attentivement. C’est lui qui a l’air interloqué cette fois-ci, et après quelques secondes, il glisse la feuille vers lui, en échange d’une nouvelle feuille blanche.

« Et si tu devais me représenter ta famille ? »

Un silence. Elle retient sa respiration. Elle n’aime pas le mot « famille », il ne veut plus rien dire pour elle, on le lui a arraché de la bouche. On lui a interdit de le re-prononcer, de même y repenser. Mais comme on le lui demande, elle s’exécute.

Un toit, comme celui qui est sur l’immeuble où elle loge avec sa marraine. Puis elle commence en dessinant une petite représentation d’elle-même. Elle griffonne plusieurs silhouettes, efface, recommence, avant de finalement soupirer et d’effacer la moitié de son travail avant de le rendre au docteur. Ce dernier, trop absorbé par la lecture des formules, n’y fait pas très attention.

Sur la feuille, figure deux silhouettes, celle de Jinwoon, et celle de sa marraine. Mais on peut voir trois silhouettes grossièrement effacées à la gomme à côté. Une quatrième silhouette n’est ni totalement présente, ni totalement effacée. Gribouillé de traits gris, rature dans la vie de Jinwoon. Ni oubliable, ni effaçable, juste une marque indélébile contre laquelle la colère, la rancœur s’accumulent.

~

« Tu te souviens que je t’ai dit que tu pourrais m’aider une fois que tu aurais 12 ans ? » souffle le jeune adolescent à sa sœur qui le regarde avec des grands yeux. Cette dernière acquiesce d’un air décidé.

« Bienvenue dans mon équipe Jinnie ! »

L’adolescent lui adresse un grand sourire et prends la main de sa petite sœur pour l’entraîner vers son atelier, celui dont on lui refusait toujours l’accès à elle, parce qu’elle était trop jeune. Sous la surprise de ce qu’elle découvre, la jeune fille ne peut s’empêcher de rire aux éclats et de taper des mains avec vigueur. Elle est heureuse de pouvoir enfin faire partie du petit secret de son frère aîné.

« Mais comme promis, ça reste un secret entre nous, n’est-ce pas ? »

Il la regarde avec des yeux attendris mais sévères, et un sourire se dévoile sur ses lèvres lorsque le petit minois féminin approuve avec un grand sourire. « Promis !! »



~



Une porte ouverte, un secret dévoilé. Le père de Jin ah les a fait asseoir sur le bord du lit et les regarde d’un air sévère, un air que Jinhwan arbore aussi parfois. Tel père, tel fils. Il veut les gronder, non pas de vouloir créer de leurs propres mains et de s’adonner à la réalisation d’un androïde, mais pour se mettre eux-mêmes en danger en faisant cela. Les temps ne sont pas sûrs, les rumeurs commencent déjà à circuler, et on parle de quelques disparitions de créateurs d’androïdes illégaux. A leur âge, c’est jouer avec le feu. Risquer beaucoup pour pas grand-chose.

« Jinhwan, je tiens à ce que tu aies en tête les conséquences possibles de tes actes. Réalises-tu que cela peut être dangereux ? Pour toi ? Pour nous ? Pour Jinah ? »

Le regard baissé, Jinhwan ne réponds pas, conscient de ses erreurs. Il acquiesce et promets de ne pas recommencer, de ne plus faire que de la mécanique élémentaire. Jin ah, quant à elle, se sent coupable d’avoir fait gronder son grand frère, et se promets de l’aider sur ses autres projets, s’il en a besoin.



~



« Jinnie, tu dors ? »

C’est la voix de son grand frère qui sort la jeune fille de son demi-sommeil. Elle se redresse dans son lit et regarde son frère après avoir frotté ses yeux engourdis de sommeil. Elle ne comprend pas pourquoi son grand frère a l’air si excité et réveillé alors qu’elle était tranquillement en train de sombrer dans les bras de Morphée. Il s’approche et la prends dans ses bras pour la serrer contre elle. Avec leur écart d’âge de cinq ans, Jin ah a toujours adoré pouvoir se blottir dans les bras de son grand frère. Elle s’y sentait toujours en confiance, rassurée de tout.

« Est-ce que tu veux bien m’aider sur quelque chose Jinnie ? Je suis en train de finir quelque chose, une surprise, mais je n’arrive pas à débloquer une formule informatique. Je suis sûre que tu peux m’aider. Tu veux bien ? »

Jin ah a toujours été douée en informatique. Depuis une trentaine d’années, les enfants étaient de plus en plus tôt confrontés à l’informatique. Aux ordinateurs, tablettes et autres outils électroniques, et des cours à ce propos avaient été instaurés en classe. Certains élèves s’en sortaient mieux que d’autres, et Jin ah avait toujours brillé dans ce domaine. Quand son frère faisait la mécanique de petits objets, elle s’occupait de formater et établir un protocole informatique pour faire fonctionner les bouts d’acier assemblés. Ils avaient fait des objets de toute sorte, et ils formaient une réelle équipe.

Lorsqu’elle rentre dans l’atelier de son frère à nouveau, fermé normalement à double coup de clé, elle reste pétrifié, de peur, de surprise et d’appréhension, lorsqu’elle aperçoit un corps humain fait de métal, posé au sol, sur les genoux. Les yeux vides sont fixés sur elle. Un petit frisson la parcourt tandis qu’elle s’habitude à la présence de cet « homme » d’acier.

Jin ah a toujours vu son frère comme son demi-dieu, la personne qu’elle aimait le plus au monde. Celui pour qui elle ferait tout. Même désobéir à ses parents. Et c’est ce qu’elle fait ce soir-là, lorsqu’elle se rend compte que le projet, la surprise dont parle son frère, est un androïde.



~



Tout se passe tellement vite que Jin ah n’a pas le temps de comprendre ce qui lui arrive.

Un lit défait, une armoire vidée des vêtements. Une valise qui manque. Une personne qui manque, cette personne. Parti, elle ne sait pas pourquoi, comment. Ou du moins, elle croit qu’il est parti pour eux, pour les éloigner d’un danger qu’elle ne comprend pas. L’atelier, dont on a défoncé la porte à grand bruit, est en ordre. Le départ était prévu. L’homme d’acier n’est plus là. Lui, celui-là, il l’a emporté en partant, en fuyant. Il l’a laissé elle derrière lui, sans adieu ni regrets, mais lui, l’être d’acier, a eu le droit de l’accompagner. Elle ne comprend pas ce qu’elle a fait de mal, et resserre ses poings sur son bloc note, sur lequel elle a noté les directions pour le programme de l’être d’acier.

Jin ah n’a pas non plus le temps de réaliser le départ de son frère aîné de la maison, de sa fuite, qu’on lui demande déjà de partir de la maison.



~



La marraine de Jin ah lui sourit avec une gentillesse énorme. Elle est sévère mais a l’air tellement heureuse de pouvoir avoir un enfant, qu’elle ne la gronde pas du tout. Du moins, ça n’est pas arrivé depuis qu’elle est là, chez elle.

Elle n’a plus le droit de parler de ses parents, on lui a demandé de faire semblant de ne pas savoir qui ils sont. Pour la protéger, selon eux. Elle doit intégrer une nouvelle famille, un nouvel environnement. Elle se doit de devenir l’identité qu’on a créée pour elle. Seo Jinwoon. « Tu seras plus en sécurité », « Ne nous déteste pas, c’est pour ton bien » sont les phrases qui lui sont répétées à longueur de journée.

La seule chose qu’elle ressent dans toute cette confusion, c’est le sentiment amer d’être la fautive de toute l’histoire. Si elle a été écartée, c’est pour la punir d’avoir fait fuir son frère et l’homme d’acier. Ou peut-être qu’après tout, elle commence à réaliser que la raison de tous ces changements, c’est l’homme d’acier lui-même.


~~

20 octobre 2068.
Lorsque tu poses tes doigts sur le clavier, tu sais que tu es sur le point de rebasculer. De rompre la promesse que tu t’étais faite à toi-même. Celle de ne plus jamais hacker, de ne plus jamais créer de virus contre les androïdes. De ne plus jamais laisser la rancœur prendre le dessus.

Mais elle est trop forte.

Tu l’aurais tenue vu les événements d’il y a deux ans, à cause de la responsabilité que tu as eu dans la catastrophe, certes minime, mais toujours terrible à tes yeux, et aux yeux des victimes. Tu t’étais promis mais la situation que tu avais rencontré il y a de ça une semaine, avait changé la donne.

Tu regardes l’écran noir et le trait blanc clignotant, dans l’attente que tu écrives un ordre à réaliser.  Tu fais craquer les articulations de tes doigts en t’étirant et regarde ton clavier avec attention. Quelques secondes à penser et tu es partie.

Les doigts défilent sur les touches. Le cliquetis des touches est le seul bruit de la pièce. Tes yeux se déplacent sur l’écran tandis que les rouages dans ton esprit se mettent en place. Cela fait bien longtemps que tu n’as pas ressenti un tel bien-être, le sentiment d’être de nouveau ton élément.

Deux ans que tu n’as pas touché à la programmation, ou plutôt au hacking. Deux ans pendant lesquels tu as préféré oublier ce qu’il s’était passé. Ou tu as du soigner les troubles que cette mésaventure avait causé sur ton organisme, sur ton esprit. Eloigner ces pensées de toi et reprendre une vie normale. En acceptant que ta marraine soit désormais comme ta mère. En essayant d’effacer tout le passé qui t’encombre. En l’oubliant lui, et son tas de ferraille.

Mais ça ne marche pas. Rien ne s’oublie. La décision du tribunal en est la preuve même.

Alors tu te défais de ce que tu étais avant en embrassant ce que tu veux devenir. Une personne forte, solide. Une personne qui puisse venger ses parents du mal qu’on leur a fait. Qui puisse répercuter sa colère sur les bonnes personnes, ou plutôt les bons objets.

Et surtout, sans causer de tragédie humaine.

Aujourd’hui, plus que jamais, tu détestes ton frère, et son androïde.

Après tout, avoir un prénom de garçon te donne un avantage. Tu peux faire ton possible pour remplacer dans l’esprit de tes parents l’image du fils indigne. Prouver que tu peux devenir le fils qu’ils auraient espéré, pas celui qui les a abandonnés.

~


Elle les déteste, tous. Ces êtres de métal, ces êtres faux qu’il faut informatiser pour qu’ils puissent fonctionner. C’est à cause d’eux qu’on la trahit, qu’elle a tout perdu. Sa famille, son nom, la personne qui comptait le plus pour elle. Toute sa vie d’avant. Mais que peut-elle faire, elle, cette jeune fille de 15 ans ? Elle ne peut pas aller les chasser pour les détruire un à un de ses mains. Elle n’a ni le gabarit pour, ni la force pour le réaliser.


Alors elle se tourne vers la seule chose qu’elle peut faire, la seule chose qu’elle sait faire. Les programmes informatiques, la programmation et les formules mathématiques rentrées dans un ordinateur. Exactement comme ce qu’elle faisait avant. Sauf qu’elle le prend dans le sens inverse maintenant. Du néant à la programmation, elle veut partir d’une programmation et la réduire à néant. Alors elle les observe, elle trouve des brèches dans les programmes, dans les connexions satellites ou autres, et elle commence à faire tout pour les détruire. Elle pirate le système d’un d’entre eux, réussit à le détruire complètement de l’intérieur. Le remettre à son état normal : une simple coquille faite d’acier.


~


Elle sait le danger de ses actions et l’impact que peuvent avoir les virus qu’elle lance sur les systèmes des androïdes, mais elle ne comprend pas la portée que cela peut avoir.

Jusqu’à ce qu’elle lance son premier virus. Jusque-là, seulement des piratages. Mais cette fois-ci, elle voit un peu plus grand, et lance un virus qui se répand d’androïdes en androïdes. Simple, efficace, il court-circuite le système et détruit les disques durs. En quelques heures, l’androïde est immobilisé, désactivé.

Elle était fière de son virus, et espérait qu’il ferait le plus de dégâts possibles ; n’avait pas prévu ce genres de dégâts là.

Quelques jours passent avant qu’elle prenne conscience que du haut de ses quinze ans bientôt révolus, elle a involontairement provoqué la mort de plusieurs de ses compères. Au-delà des victimes d’acier, elle a provoqué le décès de quelques personnes de chair et d’os. Dont un enfant.

Elle l’a vu aux informations. Deux morts dans un accident de voiture dont le chauffeur était un androïde, un nourrisson noyé par son androïde « baby-sitter », des accidents plus mineurs çà et là, avec des blessures. Tous reliés à une seule cause : un virus, bénin mais quand même meurtrier. Les images de la voiture et de la tôle froissée donnent un haut le cœur à la jeune fille. Elle se sent sale. Les mains couvertes de sang.

Coupable de meurtre.


~

La sentence est dite d'un ton solemnel, quelques coups de marteau et la séance est suspendue. Les regards des deux parents se perdent dans le vide à la recherche de leur enfant, de leurs enfants. Un regard de désespoir, et de douleur.

Du moins c'est comme ça qu'elle l'imagine car bien évidemment, on ne lui a pas laissé l'opportunité d'aller au tribunal. Et en bonne jeune fille modèle, elle a accepté ces termes.

C'est le coup de téléphone à sa marraine qui les avertit de la sentence. Ses parents sont condamnés à 20 ans de prison, tous les deux, pour avoir aidé à la construction d'un androïde.

L'une des choses qui lui permettait de tenir sa promesse, c'était de savoir que ses parents allaient bien. Que malgré le fait qu'elle soit séparée d'eux, ils vivaient leur vie, et qu'au final, la fuite de son frère aîné était peut-être une bonne chose.

Mais lorsqu'elle apprends la nouvelle, quelque chose se brise en elle. Elle ne se sent plus vraiment elle-même. Comme si elle était séparée d'elle même. Comme si elle vivait au tu au lieu du je.  


~~

25 mars 2076.

Lorsque tu sens la nicotine faire effet sur toi, tu remets ta cigarette entre tes lèvres et aspire un peu plus de fumée. Quand tu la recraches, elle se dissipe en un nuage gris, vaporeux. Quelque chose d’aussi vague qu’un songe onirique. Un peu l’état dans lequel tu vis depuis des années.

Ca fait maintenant depuis presque 5 ans que tu travailles pour eux. Après t’avoir kidnappée pour avoir hacké plusieurs de leurs modèles, ils t’ont fait une proposition. Une proposition que tu n’aurais pu aucunement refuser malheureusement. Travailler pour eux, pour surveiller la protection informatique des androïdes alphas : booster leur protection virale, leur système immunitaire en quelque sorte, comme un docteur pour androïde. Et tout ça parce que comme le vaccin se sert du virus affaibli, il n’y a pas mieux qu’une hackeuse pour réfléchir à comment renforcer au mieux la protection de leurs machines.

Cette proposition, tu l’aurais refusé si cela ne tenait qu’à toi. Tu aurais dit non, les aurait envoyé balader. Qu’ils t’envoient en prison, tu n’en avais que faire.

Mais ils avaient plus de cartes dans leur manche qu’il n’en paraissait. Ta servitude contre la protection de tes parents. Ta liberté contre leur emprisonnement à vie. Ils avaient les moyens de les condamner pour plus longtemps, de révéler tout sur toi, de mettre un désordre encore plus grand dans ta pauvre petite vie. A moins que tu ne coopères. Le deal était simple : ton travail contre salaire, la liberté de travailler sur des choses qui te plaisent, et surtout le silence quant à ton drame familial.

C’est pourquoi tu avais quitté ta marraine, décidé d’habiter un petit appartement par toi-même et commencé à travailler au sein de leur compagnie.

Tu ne vas que rarement aux bureaux de l’Electric Heart. La branche informatique, pour plus de discrétion, se trouve ailleurs dans la ville, et c’est là que tu passes le plus clair de ton temps. Ton temps se partage entre la façon de renforcer la protection des alphas, et les moyens de hacker les omegas. Sur ce point, ta vie n’a pas changé, et tu continues à fréquenter régulièrement les milieux hors-la-loi, avec la bénédiction de ton entreprise. En outre, plus aucun scrupules quant aux vies gâchées par tes virus contre les omegas, tu n’es pas responsable. L’EH l’est. Elle seule.
Tu jettes le mégot sur le côté et l’écrase du talon avant de souffler la fin de la fumée présente dans ta gorge. Remplie d’une nouvelle force, tu rentres récupérer tes affaires et salue à peine tes collègues avant de te diriger vers chez toi.

Si ta vie est marquée par ton rythme de travail, il est aussi marqué par ton projet personnel, celui qui n’a pas quitté tes esprits depuis que tu as repris l’informatique, il y a de ça presque 10 ans. Tu vengeras tes parents, tu anéantiras tous les androïdes, omegas ou alphas, et soulagera la terre de ces êtres factices. Et avec ton virus, sur lequel tu travailles chaque soir, tu anéantiras surtout cet androïde, et tu rendras à ton frère ce qu’il t’a donné : une vie sans goût.

~

Avec tes virus, tu décimes des dizaines d’androïdes. Avec tes hackings, tu les mets hors circuit pour plusieurs jours. Mais bientôt, t’attaquer seulement aux androïdes « omégas » ne te suffit plus. Leur résistance est trop faible, tout est fait sans réelle technologie. Exactement comme aujourd’hui tu pourrais craquer parfaitement les codes que tu avais réalisés dans ton enfance pour ton frère. Et c’est ce que tu cherchais à faire en attaquant les omégas. L’humain de fer de ton frère devait être parmi eux, et c’est pourquoi tu t’acharnais particulièrement sur eux. Tu passais dans les marchés noirs, faisait connaissance avec les créateurs pour seulement les détruire. Mieux, plus rapidement.

Mais cela ne suffit plus. Plus les années avancent et plus le ressentiment se renforce. Plus la haine envers ton frère et sa machine n’augmente. Et avec elle, une haine sans nom envers toutes les machines. Inhumaines, fausses. Elles essaient de voler la place des humains.

Alors tu commences à t’intéresser aux alphas de plus près, ceux créés par la célèbre entreprise Electric Heart Corp. C’est là que les choses dérapent.


~

La musique à plein volume dans les oreilles, tu te ballades tranquillement dans les rues de la ville. A peine sortie de trois heures de long discours et cours magistral sur l’informatique appliquée aux téléphones mobiles, tu es enfin libre. Si cela ne tenait qu’à toi, tu aurais abandonné l’université depuis longtemps : on ne t’y rabâche que des choses que tu connais depuis des années. Cela prend ton temps, un temps que tu pourrais consacrer à d’autres tâches plus importantes. Mais comme tu vis toujours avec ta marraine, tu n’as malheureusement pas d’autre choix. Tu aimerais pourtant partir de chez elle, recommencer ta vie à zéro, la vivre comme tu l’entends et enfin réaliser ton projet de longue date.

Mais tu n’es pas financièrement stable, alors ce n’est pas possible pour le moment. Tu humes l’air. La pluie vient de tomber, et le goudron dégage cette odeur étrange, émise seulement après une pluie fraîche. Mais avec la pluie, les odeurs corporelles sont aussi révélées, et surtout celles des androïdes. Une faible odeur de ferraille humide flotte dans les airs, et l’impression d’être entourée d’androïdes t’écœure. Ils ne méritent pas d’être là, et surtout pas mélangé à des humains. Ils n’ont rien d’humain.

C’est pas étonnant que tu en sentes beaucoup, après tout, tu viens de roder près des quartiers remplis de marchés illégaux de pièces d’androïdes, et donc par la même occasion, remplis de créateurs et de leurs androïdes omegas. Depuis plusieurs mois, tu traînes ici pour faire ami ami avec les créateurs et obtenir des informations.

Une fois que tu as salué les personnes et fait un tour sans rien trouver d’intéressant pour tes recherches personnelles, tu te décides à rentrer. Enfin, c’est ce que tu comptais faire avant que tu te retrouves en face de deux personnes qui te regardent fixement. Tu ne sais pas trop pourquoi elles te dévisagent, mais en tout cas, elles n’ont pas l’air commode. Ni habituée à ces lieux. Un parapluie pour chacun d’entre eux, une odeur métallique s’échappent d’eux. Tu sais dès lors que ce sont des androïdes, et ils n’ont pas l’air commode.

Tu ne sais pas quoi faire, fuir ou retourner au milieu des créateurs pour avoir de l’aide. Tu n’as même pas le temps de réagir qu’on te bloque déjà les deux bras, chacun d’un côté. Les frissons de dégoût et de peur parcourent ton échine, te faisant frissonner sous leurs bras métalliques. Ta respiration est courte, leur souffle rauque.

« Nous savons qui vous êtes et ce que vous faites. Rendez-vous à l’EH, c’est notre premier et seul avertissement. »

Quelques secondes, tu es de nouveau seule. Tu te retournes, il n’y a déjà plus personne. Personne d’autre que ta terreur.


~

Lorsqu’ils viennent te chercher pour la deuxième fois, tu es plus préparée. Une bombe qui abime le métal et un spray puissant d’eau pour s’infiltrer dans leurs circuits, tu es prête à te battre s’il le faut. Car tu n’as aucune intention de te rendre.

Du moins, tu étais convaincue que tu pourrais te battre. Mais c’était sans compter leur nombre et leur force. Le plus jeune d’entre eux, ou du moins d’apparence, te fixe d’un regard froid, sans émotions. « Vous êtes attendus à l’EH pour un entretien. »

Tu ricane, crache au visage de l’androïde qui est en face de toi. « Et si je refuse ? »

Un frisson parcourt ta colonne vertébrale quand l’androïde se met à sourire, d’un air cruel. « Vous ne pouvez pas refuser. » Un coup dans ton ta nuque te mets K.O.


« Kirb. » I'm back 8-D


Dernière édition par Seo Jinwoon le Sam 2 Mai - 2:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hors-la-loi.

Messages : 658
Date d'inscription : 04/04/2015
Pseudo : Nonam
Avatar : Lee Byung Hun - L.Joe [Teen Top]
Profession : employé au repair shops ; dealer de drogues et réparateur d'androïdes

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Dim 19 Avr - 22:33

BOUHAHAHAHAH M'EN FICHE J'AI EU LA PREMIÈRE PLACE

Bref, j'te souhaite plus la bienvenue, c'est bon maintenant. Mais sinon, good luck pour ta fiche, je sens que tu vas faire des étincelles avec cette petite


Your hands are cold, your lips are turning blue, you're shaking. This fragile heart, so heavy in my chest, it's breaking and in the dark, you try to make a pay phone call to me but you're miles away You're breaking up, you're on your own. It's hard to take, I need an hour just to say hello and I can't make the truth of this work out for you or me. We live through scars this time but I've made up my mind.
We can't leave us behind anymore --- ©Ecstatic Ruby


Dernière édition par Park Min Soo le Dim 19 Avr - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Dim 19 Avr - 22:35

Bienvenue bienvenue ! Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Modèle 3.

Messages : 390
Date d'inscription : 28/03/2015
Pseudo : Mr Poulpe
Avatar : Lee Jung Hwan
Profession : Musicien

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Dim 19 Avr - 22:44

J't'aime.


I want to run like any other guys if I could.  I want to laugh like any other boy my age.  I want to live my life to the fullest and regret nothing of it.  This is how good it feels to be human, to be alive.  Il will treasure these memories.  I will protect so that no one can never ever take them away from me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamzz-hime.grafbb.com/
avatar

Modèle 3.

Messages : 227
Date d'inscription : 02/02/2015
Pseudo : blue./abby.
Avatar : kang haneul
Profession : interne en médecine

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Dim 19 Avr - 23:08

Je, je, je...
... Les mots me manquent. Les feels m'envahissent.
Marry me.
Je reviendrai avec Jae Young pour dire quelque chose de plus contructif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Newborn.

Messages : 151
Date d'inscription : 05/04/2015
Pseudo : Val'
Avatar : Kim Yugyeom (GOT7)

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Lun 20 Avr - 0:11

OwO

re bienvenue ♥
je te dirais bien qu'il nous faudrait un lien, mais ça va se faire difficilement ♥



«I don't wanna be adored, don't wanna be first in line. Or make myself heard. I'd like to bring a little light, to shine a light on your life : to make you feel loved. No, don't wanna be the only one you know. I wanna be the place you call home» ©️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Sam 25 Avr - 18:30

Bienvenuuue et courage pour ta fiche ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Propriétaire.

Messages : 147
Date d'inscription : 25/03/2015
Pseudo : KwonHyo
Avatar : Lee DongHae
Profession : Avocat

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Sam 25 Avr - 21:07

Bienvenue fighting pour ta fiche!


The flower petals fell  and became dirt. The burning passion became ash. Why does everything good always become like this.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anti-Bot.

Messages : 61
Date d'inscription : 19/04/2015
Pseudo : Kirb.
Avatar : Lee Yoobi
Profession : Ingénieur informatique chez l'EH

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Sam 2 Mai - 2:45

Merci à tous J'ai enfin réussi à la finir !!!

Ilwoo > Désolé pour le retard... Et ♥️ Jaeyoung



“there's a hole in my soul, I can't fill it”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 18/04/2015
Pseudo : abby.
Avatar : song jae rim.
Profession : chasseur de primes.

MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   Sam 2 Mai - 21:09

YOU DID IT  ! Et je ne suis pas déçue d'avoir attendue ** J'aime tellement le personnage que je sautille partout. J'ai vraiment, vraiment, vraiment envie de rp avec toi ♥ Allons tuer des robots ensemble ! (tandis qu'en parallèle, on mène une mutinerie de robots avec Ojoon et Ilwoo xDDD)


bienvenue

▬ welcome ▬
J'ai le plaisir de t'accueillir parmi nous ! Te voilà validé. Pour pouvoir faire évoluer ton personnage, je t'invite à te rendre aux endroits suivants : pour enregistrer ton métier et trouver un logement, ce sera par-ici ; pour trouver des liens et des rps, par-là. Encore une fois, bienvenue parmi nous. J'espère que tu t'amuseras !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Seo Jinwoon - not the usual cutie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seo Jinwoon - not the usual cutie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Top gun 2 écrit par Christopher McQuarrie (usual suspect) avec un petit role pour Tom Cruise
» The Usual Suspects [Blu-ray Book] 25/05/2011
» [Thriller] The Usual Suspects de Bryan Singer
» [Blu-Ray] Usual Suspects
» Lengua familiar lengua usual

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ELECTRIC HEART :: fin de partie :: Game over. :: ♣ fiches :: présentations terminées-