ELECTRIC HEART :: fin de partie :: Game over. :: ♣ rps :: rps en cours
 

 awaken (ft. ojoon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Outdated.

Messages : 386
Date d'inscription : 22/04/2015
Pseudo : sterennade.
Avatar : godfrey gao.
Profession : barman + mafieux.

MessageSujet: awaken (ft. ojoon)   Mer 29 Avr - 19:16


awaken.

Dans une pièce mal éclairée, aux murs bleutés, l’homme est recroquevillé. Ses yeux errent le long des pans dégarnis, ici pâles, et là noircis. Un bleu d’hiver, froid et stérile. Un peu comme lui. Réveillé en sueurs, les mains presque tremblantes… Il se terre, sans espoirs. Seul le calme ambiant peut le consoler. Le tirer, gentiment, de cette torpeur morbide ; de l’abysse qui s’étend à ses pieds immobiles. Il refait en son esprit des pas de danse. Il se voit parcourir ce plancher glacé, tendre les bras, relever les épaules… Si il avait été humain, il aurait aimé être danseur. L’autre qu’il n’est pas est magnifique, et chaud, et passionné. Un dieu aux membres d’or. Il meut doigts, mains, avants-bras et bras tel un cygne majestueux ; tout se lance avec grâce, et se replie, brusquement. Langueur et coups. Yildun s’est souvent imaginé, paré d’une vie différente. Chaque jour, il se noie un peu plus dans l’éphémère des songes. Il pose un voile à son visage, (un linceul, peut-être), et divague vers le grand large… Là où s’entrelacent émotions et idéal. Terres promises de l’Artiste, être sacré parmi les êtres. Du moins, le croit-il.

Lui, une machine, pitoyable, défectueuse machine… Encore là, en dépit des ans, et malgré les fuites. Tenu par ce quelque chose qui lui échappe. Une espèce d’envie, et de hargne aussi. L’homme relève sa tête, les yeux fixes, noirs. Le souvenir est passé ; il vient de couler en lui, de serrer son coeur entre ses fers acérés. Un bout de lui… Du jeune frère… « Dongsae, viens… Tu ne lui ressembles pas… C’est terrible, Yildun… Comment ai-je pu… Presque le tuer, une seconde fois, en créant ça… Une abomination ».

Face au miroir, il se regarde. Son cou, les formes lascives, en courbes de son torse. Quelques doigts frôlent sa bouche, puis sa joue, et enfin sa mâchoire. N’est-il pas séduisant ? D’après les critères actuels de beauté, tout est conforme. Mais il ignore la beauté, et le charme. Des concepts encore étranges. Il reste des heures à regarder dans le vide. Une minute, une heure… Le temps n’a plus d’emprise sur lui. Les faibles rayons du soleil, victorieux des lames du store, naissent et meurent sur son visage inexpressif. Et une journée.

Yildun jette un regard sur son alarme : 21:45 en imprimé rouge. D’ordinaire, il aurait réuni ses affaires, pris la porte, jusqu’à son lieu de travail. Mais il est en weekend de repos. Que faire ? Il n’a pas envie de lire, ou de regarder un drama. L’homme est lassé, toujours pris de court par un quotidien laborieux. Son oeil traine sur des prospectus jonchant le sol. « Night club XXX - Flirt and fun without limits ». Mh. Le garçon ouvre sa garde robe ; il choisit un haut noir au col en V, et un jean noir. D’après le dernier numéro de GQ Magazine, c’est classe et décontracté.

L’homme s’engouffre dans la nuit noire. Il longe les hautes façades de son pas rapide et ferme. Une espèce d’émotion remonte en lui ; lointaine et pesante. L’adrénaline, la recherche du plaisir. L’excitation, le fourmillement à ses doigts fébriles. Le jeune garçon qu’il était censé être… Lui, il adorait ça, sortir, draguer, se vider (tout, l’esprit, les couilles). Il frémissait même, à l’entrée des bars. Qu’il sente le regard d’autrui, et son ventre se contractait délicieusement. Une douce, amère sensation… Il buvait, fumait, et puis s’en allait prendre des corps. A bras perdus. Lèvres rougies et usées. Yildun s’en souvient, maintenant, des nuits blanches, qui le laissaient pantois et inerte. Etrange comme toujours… L’homme passe le videur, et la porte gardée, pour pénétrer dans le monde nocturne des soupirs.





Dernière édition par Yildun le Sam 4 Juil - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sterennade.tumblr.com
avatar

Modèle 4.

Messages : 259
Date d'inscription : 03/04/2015
Pseudo : Kirb'
Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Profession : Homme à tout faire de la EH.

MessageSujet: Re: awaken (ft. ojoon)   Mar 26 Mai - 22:14


Un bip aigu trouble le silence dans lequel est plongé la pièce. 100%, batterie rechargée. Ojoon se penche sur le côté pour se débrancher. Le bruit s'arrête et la vue de l'androïde se rétablit, le message d'avertissement en moins. C'est une nuit comme les autres qui commence. Pour lui, les nuits ne sont que des journées sans soleil. Des journées faites pour se recharger, fumer – même s'il ne peut même pas ressentir la nicotine dans ses circuits – et traquer, observer les cibles de l'EH.

De par ses nombreuses observations terrain, Ojoon a remarqué que la majorité des androïdes illégaux sont de sortie dès que la nuit tombe. Comme s'ils étaient programmés à croire qu'une fois le soleil couché, leurs systèmes se feraient moins bruyants, leurs membres et corps entiers moins factices ; leur nature moins inhumaine.

Mais il n'en est rien. Ojoon le sait.

A la clarté solaire ou à la lueur de la lune, rien n'est différent. Ils sont tous des robots, des artefacts d'humain, produits sophistiqués mais qui ne peuvent contourner leur obsolescence programmée.

L'androïde tire lentement sur sa cigarette et recrache un nuage de fumée opaque. Son système, suite au sérieux court-circuit qu'il a subi il y a de ça quelques jours, se trouve ralenti. Il l'a remarqué en missions, il réagit moins vite, surchauffe plus... est même parfois traversé par des pensées. Comme si on l'avait programmé pour avoir un avis, des sentiments par rapport aux choses.

Ca ne lui est jamais arrivé avant, alors il s'est manifesté auprès des informaticiens de l'EH. Pas de virus, scan négatif. Mais quelque chose clochait. Le fait même qu'il ai l'impression que quelque chose sot étrange, et qu'il y pense souvent relevait de l'étrange.

La cigarette est à peine consommée qu'il l'écrase contre le rebord extérieur de la fenêtre. Il est l'heure d'y aller.

Il enfile un pull à mailles blanc et un jean bleu, assez classique. Il est programmé pour savoir quels habits il doit mettre, ce qu'il doit porter dans chaque circonstances. Et ce soir, il va faire du repérage dans une boite de nuit.

En quelques minutes de voiture, il y est. Il salue le videur, habitude qu'il a observé chez les humains, et s'engouffre dans la discothèque. Le spectacle est déjà à son comble. Plusieurs humains s'embrassent de tous les côtés, d'autres dansent sur la piste ou sur les podiums. D'autres, encore, sont accoudés au comptoir, attendant leur consommation d'alcool. Ou encore qu'un dealer rajoute son « petit supplément » à la fête.

Ojoon se dirige presque automatiquement vers le bar pour commander une boisson. Il en profite pour analyser rapidement les visages de chaque personne qu'il croise. Aucuns hors-la-loi, aucuns androïdes illégaux en vue. Il s'accoude au comptoir et adresse sa commande au barman. Il lui adresse un sourire, comme on l'a programmé à faire.

C'est pendant que sa boisson est préparée que le regard d'Ojoon tombe sur son voisin de comptoir. Ce dernier semble aux prises avec deux jeunes femmes, essayant péniblement de se dégager de leur étau, déjà bien resserré.

Résultat positif, lui indique son système. C'est un androïde. Un illégal. Mais Ojoon le savait déjà car c'était exactement celui qu'il cherchait. Il l'a déjà croisé à plusieurs reprises. Mais il avait toujours eu d'autres cibles en vue. Jusqu'à ce soir. Ojoon ne bouge pas mais laisse son regard errer entre le barman et l'androïde illégal. La chasse aux informations est sur le point de commencer, et il s'y prépare silencieusement, repassant dans son esprit, les informations qu'il a collecté jusqu'ici.



Help me believe it's not the real me

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Outdated.

Messages : 386
Date d'inscription : 22/04/2015
Pseudo : sterennade.
Avatar : godfrey gao.
Profession : barman + mafieux.

MessageSujet: Re: awaken (ft. ojoon)   Lun 15 Juin - 1:55


awaken.

L’homme ferme un instant les yeux, comme aveuglé, un peu abasourdi. Les néons miroitent au loin, flous et fuyants. L’air est chargé de senteurs, et de murmures. Ces mots qui viennent frôler un bout de nuque, la naissance d’une oreille tendue, avide… La parole nocturne, libérée de toute contrainte, s’élève en douceur, dans un espèce de brouhaha rassurant. Les lèvres ondulent, parfois recourbées ; souvent entrouvertes. Le pourpre d’une bouche attire le regard du nouvel arrivant. Il s’y attarde quelques secondes, conquis, stupéfait. Yildun sent peser sur lui un oeil obscur, et il sait… Là, niché dans ses entrailles… Passant son chemin au travers des corps alanguis, l’homme découvre le lieu. Banal, attendu ; comme dans ces dramas. Le décor, en lui même, est convenu. Tâches d’ombre ici et là, une piste pour accueillir les danseurs d’une nuit, des banquettes noires, et un bar. Les figurants, aussi, ne détonnent pas. Femmes et hommes, entêtés et ivres d’un bonheur éphémère… Livrés au jeu des regards et des caresses, plus ou moins discrets. Ils se parent de beaux habits, conformes, et gages de promesses ; des robes échancrées, des décolletés vertigineux et certains costumes, des chemises éclatantes. Les formes apparaissent, en subtilité ou non. La courbe délicieuse d’une hanche. La naissance d’un sein blanc et ferme. Mais aussi, et cerise sur le gâteau, les creux savoureux d’une clavicule.

Yildun aperçoit tout cela, de son oeil noir et indifférent. Arrivé au bar, l’homme s’attable. Un peu inquiet, comme toujours, il dévisage le barman, et les autres. L’employé vient à lui, et d’une voix grave, lascive, Yildun commande. « Une tequila, merci ». Son regard s’étend jusqu’au dos, le long des omoplates. Un peu plus bas, aussi. La boisson ne tarde pas à être servie, et l’homme porte le verre à ses lèvres. Il lève légèrement la tête, et la liqueur passe sa gorge, laissant une sensation de brûlure des plus exquises. Et il croise son reflet, un miroir horizontal face à lui ; deux ombres à ses côtés. Yildun rencontre le regard ténébreux de tantôt. Il tombe sur la bouche, rouge et délicate. La jeune femme sourit, et d’une voix charmante, s’adresse à lui. Mais lui n’écoute pas. Il demeure sur le qui-vive, attentif aux couleurs et aux odeurs.

Il sait qu’avant… même, jadis, il aurait conduit la charmante intrépide jusqu’aux toilettes ; il aurait souri, sorti quelques compliments, avant de remonter le pan de sa robe. Elle et lui, dans l’exigu d’une cabine, et puis, peut-être, par plaisir, par déviance… Il aurait ouvert la porte des WC, pour se contempler dans le miroir brisé. La femme tournée également, invitée à se regarder… Lui derrière elle, ondulant, ou disons, culbutant ; l’esprit léger, la mâchoire crispée, presque une machine avec ses coups maîtrisés, l’angle de son bassin, et ses caresses, prodiguées là où il faut, quand il le faut.

L’homme répond vaguement, et par l’intonation de sa voix, il montre qu’il n’est pas enclin à des jeux d’amour. Cependant, les jeunes femmes insistent ; Yildun voit, du coin de l’oeil, une main se glisser contre sa cuisse. Il hausse un sourcil, à la fois amusé et agacé par ce geste audacieux. Il lève le regard vers le visage des beautés, s’attardant sur celle à la peau pâle, et aux lèvres pourpres. Ses doigts enserrent le verre, qu’il porte à nouveau à sa bouche brusquement assoiffée. Puis il repose le contenant, conscient de l’attention qui l’entoure (et le flatte, certes), avant de rétorquer, d’une voix sans appel. « Je suis gay ». La mine presque gênée (il ne l’est pas), l’homme affiche un petit sourire. « J’adore sucer, et les gros bears qui me prennent en violence. Désolé ». Et il savoure la réaction à ses paroles : exclamations, surprise, (dégout ?) et résignation. En vérité, Yildun aurait pu être charmé par elles. Mais il lui aurait fallu un coeur - ou un système en règle. N’ayant ni l’un ni l’autre, il se contente de réfuter les propositions ; surtout qu’il ne désire pas être le centre d’intérêt. Il souhaite se faire discret (ce qui est plutôt raté, ce soir).

L’homme tourne alors le regard à sa droite, et aperçoit un bel inconnu. Qui n’est pas si inconnu que ça. Il voulait jouer avec le feu, le voilà suffisamment embrasé par cette vue. Un sourire provocant étire les lèvres de Yildun, alors qu’il fixe le sbire d’EH. Sans le quitter des yeux, il finit son verre ; sa langue vient effleurer la commissure de ses lèvres humides. Puis il laisse une paire de billet, avant de s’éclipser vers la masse dansante. Un dernier coup d’oeil pour l’individu à sa poursuite, comme si il lui disait : « Attrape-moi, si tu peux ».



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sterennade.tumblr.com
avatar

Modèle 4.

Messages : 259
Date d'inscription : 03/04/2015
Pseudo : Kirb'
Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Profession : Homme à tout faire de la EH.

MessageSujet: Re: awaken (ft. ojoon)   Mar 28 Juil - 0:32


Ojoon ne semble pas réellement écouter la conversation, mais il le fait. Toute son attention est dirigée vers l'androïde qui se trouve un peu plus loin au bar. Il accepte son verre et paye en retour, déconcentré pendant son écoute, mais bien vite, il peut continuer à observer discrètement la façon de l'autre androïde de se détourner des avances des jeunes femmes.

L'androïde de surveillance n'a jamais connu de désir, lui. Il est un être d'acier et de silicone, il ne peut rien ressentir. Il se contente d'analyser et de calculer. Il n'a aucune envie, il obéit juste à des ordres directs. Ceux de recueillir des informations sur des androïdes illégaux, dont celui qui se trouve là, aux prises avec les deux femmes. Lui a l'air de connaître ce qu'est le désir. Ou du moins, de s'apparenter à quelque chose de similaire, car comment est-ce qu'une machine comme eux pourraient comprendre des désirs et lubies humaines ?

Il sirote lentement sa boisson, qui n'est bien sûr rien d'autre qu'un leurre, qu'une façon de se fondre dans la masse. Boire pour faire croire qu'on est humain, danser pour se mêler aux corps humains pour mieux y repérer les corps factices, tout ça n'est qu'un quotidien qu'Ojoon connaît dans sa chasse aux informations. Lorsqu'il aperçoit du coin de l’œil que sa cible s'est débarrassé de ses deux assaillantes, son système s'agite. Il est temps de commencer la chasse, et Yildun, le nom de l'androïde en vue, a l'air de l'avoir compris aussi. L'androïde illégal provoque plus ou moins Ojoon en le fixant et en soutenant son regard, avant de partir vers la piste de danse.

La machine de surveillance reste quelques minutes, assis sur son siège, finissant de siroter sa boisson sans se presser. La première étape, dans toute chasse, était de parfaire sa couverture pour ne pas être trop louche aux yeux de tous. Se comporter comme un humain pour être considéré comme un. Alors il ne bouge pas, regardant la foule de corps se mouvoir au son des basses d'une musique poussé au maximum, finissant son cocktail. Les billets sortis, il salue le barman d'un geste de la main avant de se diriger vers la foule. Le deuxème point est de retrouver sa cible tout en la faisant attendre, languir. Se sentir cernée sans savoir où est son assaillant. La musique retentit dans ses oreilles, ou du moins les micros qui les composent, faisant saturer le son et grésiller tout son intérieur. Comme s'il tremblait d'excitation, sauf que c'était juste de la nuisance sonore. Ojoon se demande vaguement comment les humains peuvent apprécier ce genre de situations où le sens auditif est totalement annihilé, mais finit par se concentrer sur sa cible lorsque celle ci réapparaît sous ses yeux, quelques mètres plus loin.

Yildun est occupé à danser sur la piste, au milieu de tous ces humains. Une contrefaçon au milieu de tous ces corps transpirants, ondulant sur la musique et ces souffles humains, rauques, qui s'entrechoquent. Comme un simulacre répétant pour mieux représenter. La bouche entrouverte, les yeux fermés, l'androïde danse sous les lumières flashy et les néons vibrant. Ojoon l'observe quelques instants, au milieux de la marée humaine, avant de décider de son plan d'action. Il est temps de rentrer dans son jeu, de jouer l'imposture avec lui, pour lui donner le sentiment d'exister. Ojoon, lui, sait qu'il ne pourra jamais se sentir exister, car il n'existe pas, il vit pour servir. Exister voudrait dire exister pour lui-même, vivre comme une fin en soi, et cela, Ojoon ne peut pas le réclamer, car il n'est qu'un simple androïde. Cette pensée, une pensée qu'il n'avait jamais eu jusqu'ici, avait commencé à lui traverser l'esprit, parfois. Et il se demanda quelques instants si c'est à cause de cette même pensée que Yildun se donnait tellement de peine à se « faire » exister.

Au cours de ses rondes dans ce bar, Ojoon avait pu noter que Yildun était un habitué, et avait un attrait particulier pour la chaire, ou plutôt le désir humain. L'androïde de surveillance savait aussi par cette occasion que cela pourrait être sa façon de se rapprocher de lui, de l'amadouer, ou même de lui faire donner le plus d'informations possibles, une fois désarmé à son propre jeu.

Alors Ojoon fait le tour par la droite, pour arriver dans le dos de Yildun. Attentif aux gestes des humains qui se trouvent derrière eux, il observe la façon dont l'un pose les mains sur les hanches de l'autre, combien un autre se penche dans le creux des clavicules de son amant pour l'embrasser. Comment, encore, l'un d'entre eux laisse ses mains se ballader sur le bas du dos de sa conquête tout en l'embrassant furieusement.

Pantomime reproduisant les gestes de ceux qu'il veut copier, Ojoon s'approche de sa cible, dans son dos, et glisse une de ses mains sur la hanche de la machine, rapprochant par la même occasion son visage d'acier et de silicone des cheveux de l'autre. Nul besoin de lui dire quoi que ce soit. Puisqu'il a l'air décidé à jouer avec le feu, Ojoon ne peut faire qu'en profiter pour mener sa mission à bien.



Help me believe it's not the real me

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: awaken (ft. ojoon)   

Revenir en haut Aller en bas
 

awaken (ft. ojoon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» awaken (ft. ojoon)
» OST DBZ - Awaken the miracle
» [513Bigalaxy] Awaken (D.gray man)
» D.gray man- Awaken
» Ojoon | Artificial heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ELECTRIC HEART :: fin de partie :: Game over. :: ♣ rps :: rps en cours-