ELECTRIC HEART :: fin de partie :: Game over. :: ♣ rps :: rps en cours
 

 In the darkness feat Yildun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: In the darkness feat Yildun   Mar 16 Juin - 1:24


Leeya Ҩ Dunie



Ҩ What the fuck ?  




Un dernier verre servit, des derniers shows des strip-teaseuses avant de faire enfin tomber ce rideau sur ce club fréquenté par les hommes dont les fantasmes sont à refaire. Un soupir traversait mes lèvres. Je détestais ce métier… Cet endroit aussi… J'ai tellement l'impression d'être une autre personne dans ce club que ce soit quand je serre des verres d'alcool aux bourrés ou que je devais montrer ma plastique parce qu'une nana ne peut pas le faire ou que j'ai besoin d'argent. J'ai développé un dégoût pour ma propre existence. Je déteste cet endroit qui m'a recueillit quand j'en avais besoin, paradoxalement. Je ne suis pas moi, je ne suis pas celle à qui je ressemblais lors de ma mise en service. Enfin, je crois que ça fait bien longtemps que je ne suis plus cet androïde… Si vous me voyez aujourd'hui madame, vous auriez tellement honte. Enfin, je l'ai choisi “cette voie”. Je la trouve bien plus préférable que d'être totalement dépendante d'un humain. J'ai appris de mes erreurs et bien qu'aujourd'hui je sois à la solde d'un propriétaire, je suis quand même soulagée de pouvoir jouir d'une certaine liberté. Est-ce que j'étais heureuse ? Je n'emploierais pas ce mot. Le bonheur je pense que je l'ai perdu il y a bien longtemps. Est-ce que ce sentiment à même déjà était programmé dans mon système ? Je terminais de ranger le bar, nettoyer mes verres, je m'empressais de retourner dans les vestiaires, récupérer mes affaires quitter ce lieu qui me répugnait plus que tout

Arrivant dans cet appartement que j'habitais depuis quelque mois maintenant. Ce dernier était plongé dans l'obscurité, j'en concluais que mon propriétaire n'était pas là. Tant mieux j'avais envie de dire. Ce genre d'ambiance le plaisait. Être dans le noir total me donnais presque la sensation de plus exister le temps de quelques minutes. Cela pouvait paraître bizarre, un dysfonctionnement de mon processeur mais non... Tous mes rouillages fonctionnaient parfaitement. Disons que j'allais au gré de ces foutues émotions qui m'ont été données. Et puis qu'est-ce que ceci un peu plus à mon quotidien ? Depuis presque des années je suis dans le noir complet. Me berçant encore et toujours d'une vie meilleure, d'une vie presque semblable à une humaine de l'âge que je devais représenter. Aish ma pauvre Leeya, tu es pathétique d'avoir ce genre de penser. Si quelqu'un t'entendait il se moquerait sans aucune hésitation. Je me trouvais vraiment ridicule. Je finis par m'allonger sur le canapé d'un geste las recouvrant mes yeux de mon bras. La connaissant, elle aurait vraiment honte de voir ce que je suis devenue. Son androïde qu'elle chérissait tant.

Oui, c'est mon soucis de tout rapportait au passé. Mais tout me paraissait si simple à cette époque. Je sortais de mes songes quand un son des plus étranges arriverait à mes oreilles. Un sourcil arqué je me redressais à moitié, ayant comme seul appuie mes coudes. Entendant à nouveau un bruit sourd je commençais à me lever pour me diriger vers cette pièce intime qui était la mienne à pas de loup. Je me mentirais si je ne disais pas que je ne flippais comme la dernière des gamines qui auraient peur des monstres sous son lit. Je me disais que c'était mon propriétaire qui était enfaîte ici et qui faisait je ne sais quoi dans ma chambre. Ouais je sais que c'est une grosse connerie mais je n'ai trouvé que ça pour me rassurer. Ouvrant très lentement la porte qui se trouvait devant moi, j'osais pénétrer dans mon antre personnel. Je ne voyais rien qui me semblait suspect ; du moins avant que je n'allume la lumière. Voyant une silhouette si imposante se tenant devant moi. Un petit cri strident traversait la barrière de mes lèvres avant que je ne trébuche et me retrouve le postérieur au sol. Il ne manquait plus que ça, un cambrioleur qui s'introduit chez moi...

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Outdated.

Messages : 386
Date d'inscription : 22/04/2015
Pseudo : sterennade.
Avatar : godfrey gao.
Profession : barman + mafieux.

MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   Jeu 25 Juin - 2:27


in the darkness.

Seul un souffle rompu trouble le calme de cette journée morose. Un espèce de râle, brusque, haletant. L’homme s’épuise en ses longues enjambées, tandis que le vent soulève quelques mèches humides à son front. Il file droit, et sans un regard par dessus son épaule. Il sait qu’ils sont là, tout proches, prêts à le cueillir… Yildun connait le triste sort ; le poursuivant, le guettant au coin de ces rues depuis bien longtemps. Ils le prendront tout cru, et, malmené - un bout de métal - quelqu’un pressera ici ou là. Alors le noir se fera, immense et infini. L’étoile cessera enfin, elle qui, solitaire et effarée, jadis scintilla ; elle luit un instant, et au fil des ans, elle se rompit pour devenir une lueur frêle et voilée. Pour elle, des traits figés et impassibles constitueront l’ultime image. Triste souvenir d’une existence préfabriquée. Mais qu’ils attendent - encore un peu - et qu’ils laissent fuir cet homme hagard. Pour deux ou trois lunes, le temps d’un instant volé, le temps d’y croire… De se persuader d’un songe doux et fou.

Yildun poursuit sa course contre la Mort. Le voilà pris, tel un lapin effrayé entre les deux phares d’une voiture. Il s’y est préparé, même, forcé à cette éventualité. Une finalité plus qu’évidente. Mais il ne se résout pas. Il perçoit cet espace flou et éphémère ; un lieu de liberté. Une zone faîte d’ombres et d’incertitude, qu’il s’octroie. Alors il reste cinq minutes plaqué contre un mur, affolé, à écouter les pas meurtriers… Le Temps se suspend, et il se révèle cruel pour le vieux robot. Cet espèce d’individu qui s’est acharné à trouver un Sens, une Voie. Lui même, se confondant à présent dans les souvenirs d’un autre ; un autre qu’il fut, et un autre qui fut lui. Une vie d’antan, prêtée et ancrée, revue ici et là.

Mais rien ne vient. L’homme se détache du pan mural, et il se risque à un coup d’oeil. L’allée est déserte. Alors ce n’est pas pour aujourd’hui. Un sourire courbé apparaît sur le visage du fugitif, suivi d’un petit ricanement. Mh, c’est comme ça. Bien, très bien ! Il peut encore le tirer, ce beau doigt d’honneur à ces machines d’EH Corp. Oui, vraiment, une main levée et fièrement dressée ; son signe de rebellion, ce « je vous emmerde » qui s’éternise en ce jour, sur le déclin lui aussi. Déjà la voute céleste se teint de couleurs orangées, bientôt pâlies. Yildun demeure tendu, les yeux égarés dans le ciel. Jusqu’à ce que la réalité le frappe ; impossible pour lui de rentrer dans son logement délabré. Ils rodent tout autour de son immeuble. L’homme se met en route, décidé à se terrer. Dissimulé sous une vaste capuche, il arpente ces bâtiments inconnus ; évaluant, tergiversant. Quelque temps plus tard, son choix est arrêté. En prenant appui sur une cage d’escalier de secours, l’homme se hisse vers une fenêtre entrouverte. Yildun se glisse par l’ouverture en silence. La pièce qu’il découvre est plongée dans la pénombre, et lentement, il examine l’environnement. Une chambre de fille, à priori. Et habitée ; il ne peut donc rester très longtemps. Mais il doit absolument se ressourcer. Avant une énième fuite. Ensuite, il se trouvera un abri sûr.

Yildun est pris de court ; l’habitante fait son retour. Déjà ses pas se rapprochent, et alors qu’il pense à se faufiler par la fenêtre, la poignée s’abaisse. Par instinct, l’homme s’empare de la nouvelle arrivée ; il presse une main de fer sur ses lèvres, étouffant ainsi des cris éventuels. Il distingue ses traits et les courbes de son corps d’un rapide coup d’oeil (plutôt appréciateur). Le fugitif tient sa proie avec fermeté, ce qui ne lui laisse aucune option. Il exerce une certaine pression sur son dos, alors qu’il l’emprisonne contre son torse. Puis Yildun approche son visage vers le profil de la jeune femme, sa bouche frôlant presque son oreille. D’une voix basse et rauque, il l’informe. « Ne crie pas, ne bouge pas. Je ne te ferai pas de mal ». Son ton est neutre, posé ; incitant au calme, et à la confiance. « Je m’appelle Yildun, et je ne veux pas t’importuner. Juste, donne moi encore cinq minutes, et je partirai. Promis ». Il attend, patiemment, que les mots atteignent l’infortunée. Sans mouvement brusque, il se met face à elle. L’homme découvre un beau visage, et des yeux… Il retire sa main, et ajoute. « Quel est ton nom ? ».





Dernière édition par Yildun le Lun 27 Juil - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sterennade.tumblr.com
Invité

Invité


MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   Dim 28 Juin - 4:52


Leeya Ҩ Dunie



Ҩ What the fuck ?  




J'avais presque l'impression d'être dans une série policière, une proie à la merci d'un psychopathe. Je sais, c'est loufoque mais c'est ce que je ressentais. Je n'étais pas d'humeur à faire face a ce genre de problème. Pour une fois j'aurais voulu que mon maitre soit là, au moins, il aurait mis les choses au clair et je n'aurais pas à subir ça. Il se serait débarrasser de lui puis basta. Aish... parfois je pense que je porte vraiment la poisse. Alors qu'à peine qu'un vrai son traverse la barrière de mes lèvres, sans faire ni une, ni deux, je me retrouve compressée contre cet inconnu, sa main sur ma bouche. Il avait une telle force ! Je n'ai même pas eu le temps de réagir. J'étais au moins plus que fixer au fait que j'avais à faire à un homme. Impossible pour moi de me libérer de son emprise. Est-ce que j'avais peur ? Non... Disons que j'étais plus paniquée de savoir ce qu'il pouvait m'arriver. Je fermais les yeux le plus fort possible en sentant son visage se rapprocher du mien et je l'écoutais attentivement me susurrer ses premiers mots à mon oreille. Chose qui me fit plus frissonner qu'autre chose. Non, bizarrement ça ne me rassurait pas plus que ça. J'étais encore plus qu'effrayée de savoir ce qui pouvait se passer par la suite Même si cet inconnu se présentait à moi en tout bien, tout honneur, je n'allais pas me laisser berner par tant de gentillesse d'un coup. Il ne pensait pas que tout cela allait me mettre en confiance, si ? Enfin libérée de son emprise, je poussais un lourd soupir, soulagé de ne plus être sa prisonnière. J'apercevais enfin un visage malgré les ténèbres de ma chambre. Je devais avouer qu'il n'était pas trop désagréable à regarder ce fameux Yildun mais bon, si je devais m'arrêter à ça pour chaque personne qui m'aborde. J'arquai un sourcil alors qu'il me demandait à mon tour de me présenter. Sans perdre une seule seconde, ma main vint s'imprimer sur son joli minois. Pourquoi ? Simplement le besoin de me défouler. Sérieux, ce mec n'a pas choisi ni la bonne maison, ni la bonne personne. Il me fait une frayeur pareil et ne me rassure pas de ses soit-disant bon coté de la meilleur des manière. J'avais besoin d’extérioriser. D'un ton révoltant, je pris à mon tour la parole.

« Vous rentrez chez moi comme ça, vous me faites une frayeur pas possible et vous vous attendez à ce que je me présente à vous comme si cette rencontre était banale ? »

Non, tout ça m'échappait. Et puis je n'allais pas me présenter à un inconnu comme ça, sans savoir le pourquoi du comment. Je finissais par faire quelques pas en arrière, mettant une limite bien définit entre nous tout en continuant sur ma lancée.

« Vous pouvez me dire ce que vous attendez de moi, hein ? Et pourquoi tu es rentrée chez moi par effraction espèce de pervers »

Je ne croyais pas au hasard. Pour moi, chaque chose arrivait pour une raison. Pourquoi ma maison, pourquoi ma chambre ? Bah oui, il aurait pu entrer dans la chambre dans la chambre de mon maitre… Ca m'aurait paru toujours aussi étrange mais moins pervers. Je poussais un lourd soupir avant de croiser mes bras contre ma poitrine, en terminant dans ton las.

« Vous devriez avoir une bonne raison pour que je puisse vous gardez ces cinq minutes »

Bah oui. Je ne vais pas le laisser poser chez moi, en espérant qu'on puisse prendre le thé et se raconter un tas d'histoire. Et surtout, si mon maitre débarque et le voit ici, je risque vraiment de prendre cher. Je n'imagine même pas ce qu'il risque de me faire en pensant que je ramène des hommes ici ou alors que je m'autorise à jouer la bonne samaritaine pour des inconnu sortit de nulle part.

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Outdated.

Messages : 386
Date d'inscription : 22/04/2015
Pseudo : sterennade.
Avatar : godfrey gao.
Profession : barman + mafieux.

MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   Mer 1 Juil - 13:39


in the darkness.

Yildun est confiant. Il a visionné une scène similaire, maintes et maintes fois jouée dans les dramas. Il suffit de parler avec calme, et… L’homme écarquille légèrement les yeux alors qu’il est giflé. Sa joue meurtrie, sous le coup, entraîne sa tête vers le côté. Il est stupéfait, et quelque peu surpris. Si l’on veut. Le fugitif pose un regard indéchiffrable sur la jeune femme. Il la dévisage sans cérémonie aucune, ses yeux s’attardant sur le front, les tempes, les pommettes, les lèvres, la mâchoire, et puis enfin les yeux. Yildun laisse échapper un « Mhh » méditatif. La situation varie de manière inattendue, mais comme toujours, l’individu s’adapte. Il plisse les yeux, écoutant d’un air attentif les propos qui lui sont destinés. Dans sa voix, et son ton, il reconnait diverses émotions ; certaines assimilées à l’incrédulité, et à l’outrage. Soit. Le robot cherche un instant dans ses données. A première vue, et sans attente, il est la cause de ces sentiments négatifs. L’homme devrait choisir une voie rationnelle, placée sous le signe du contrôle de soi. Mais il est piqué, et préfère s’enliser dans l’absurdité du schéma. Du reproche dans la voix, Yildun rétorque. « Vous n’étiez pas censée rentrer si tôt ». Puis il ajoute, en haussant les épaules. « Et assurément, il serait préférable que vous gardiez votre fenêtre baissée et non ouverte. A croire que vous cherchez les ennuis… ». L’homme est un brin moqueur.

Mais peut-être qu’il aime ça. Une révolte, de l’incompréhension. Son système semble s’être attaché à ce genre de cas. Comme si il est stimulé par les obstacles. Ou est-ce la part de l’Humain persistant en lui… L’homme se redresse, et son ombre domine la jeune femme. Un sourire courbé étire ses lèvres. « Ce que j’attends de vous ? De toi ? Il faudrait établir plus nettement le niveau d’intimité sur lequel nous allons évolué, mh ? ». Yildun examine à nouveau ses alentours, tout en gardant son attention - et son intérêt - fixée sur l’habitante. Il s’exclame alors. « Un pervers ? ». L’idée l’amuse beaucoup. Il jette un regard insistant sur les courbes féminines. « Maintenant que tu en parles… Tu es plutôt à mon goût ». L’homme s’approche à nouveau d’elle, le regard assombri. « Un corps agréable et bien proportionné - quoique la poitrine me semble un peu plus… développée que la moyenne… Des lèvres bien dessinées, et un regard farouche pour compléter le tout. Oui, définitivement ce que je pourrais aimer ». Yildun, dans une sorte de sadisme, joue avec elle ; mais il est toutefois sincère dans ses « compliments ».

Il n’est plus tellement lui même. Comme dépossédé. L’homme n’a plus l’habitude d’interagir avec autrui (si ce n’est avec la caisse enregistreuse, et les « Bonjour », « Autre chose » et « Merci » échangés avec les clients de la supérette). D’ordinaire, donc, ses émotions restent en deçà. Il demeure un être froid et calculateur. Mais ce soir, après l’adrénaline de la course poursuite, ses sentiments ont pénétré la surface. Et il se souvient un peu de lui-même. L’Humain assoupi en lui s’éveille, et lui redonne des attitudes, et une personnalité propre. D’où le jeu pervers, et le désir, et l’envie de dominer. Yildun observe distraitement la jeune femme, et il laisse échapper un soupir. « Bon, très bien ». Il est assez réticent à dévoiler la vérité. Peu de gens connaissent sa véritable nature, et se révéler revient à se mettre dans une position délicate. « Je suis un outdated. Des larbins d’EH m’ont poursuivi, et je me suis retrouvé dans ce quartier. Je suis parvenu à les semer, mais il me fallait recharger mon système. Votre fenêtre ouverte était une invitation ». L’homme ne quitte pas des yeux son interlocutrice, guettant une réaction ; prêt à intervenir.





Dernière édition par Yildun le Lun 27 Juil - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sterennade.tumblr.com
Invité

Invité


MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   Lun 13 Juil - 5:02


Leeya Ҩ Dunie



Ҩ What the fuck ?  




Je sentais quasiment  mon processeur surchauffer. Due a cette peur panique que ce mec m'a provoqué ou alors simplement une colère et lassitude naissante de cette situation des plus cocasse. Je n'étais pas censé renter tout plus tôt... Ce mec ce foutait littéralement de moi. Je ne sais pas ce qui me retenait de lui en foutre une à nouveau à ce moment. Vraiment. Contrairement à mes autres confrères de mon type, je n'avais pas un pas cette patience qui était une vertu. Oui j'étais vraiment différentes des androïdes de compagnie. Ses paroles commençaient à me laisser perplexe. Et la manière dont il se rapprochait de moi ne me rassurait pas plus. A chaque pas qui avançait dans ma direction, c'était un automatisme, mes pas essayaient de le fuir en reculant. C'était comme une danse que nous menions tous les deux. Ses mots s'enchaînaient, me détaillant du regard. Je pourrais presque dire me déshabillant du regard. Tous ces hommages sur mon physique me mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Surtout ses réflexions sur ma poitrine. Je cachais cette dernière à l'aide de mes bras, comme pour me protéger de son regard. J'avais l'impression de me retrouver aux club, avec tous ces hommes qui viennent à mon bar dans le seul but de pouvoir loucher dessus. Voilà ce à quoi je suis réduit à présents, juste un morceau de métal sur lequel on peut fantasmer. Alors ouais maintenant je peux officiellement dire que c'est un pervers. J'espère qu'il n'espérait pas que je le remercie pour ça. Me retrouvant dos au mur à présent je me laissais me perdre dans son regard ténébreux. Finalement il daignait enfin me dire sa présence dans ma demeure et je fus surprise pour le coup. Si je m'attendais à ça... Il y avait combien de chance que cela arrive. C'était si étonnant...C'est la première fois que je rencontrait ce type d’androïde. Je baissais finalement mon regard, laissant mes cheveux cacher mon regard.

« Aish il fallait que ça tombe sur moi »

Lâchais-je dans un murmure quasiment inaudible. Je prenais déjà des risques... d'énormes risques en protégeant cet androïde qui était ma meilleure amie ainsi que celui que je considère comme un petit frère. Je sais que mon maitre n'hésitera pas à m'en faire voir de toutes les couleurs en sachant cela. Et là, il fallait que je tombe sur un oméga, qui me demandait de le protéger … Je crois que j'aurais même préféré que ce soit un cambrioleur qui se soit introduit chez moi. Mon regard se reportait sur cet inconnu, mes bras croisés contre mon torse.

« Vous n'avez pas peur de me dire ça ainsi ? Vous êtes un oméga... Qui vous fait croire que je vais vous garder ici sans que mon propriétaire n'apprenne votre existence ou alors les larbins de la EH. Vous êtes sûr que vous pouvez me faire confiance ? »

Un ou deux pas en sa direction, un sourire narquois ornait aux lèvres. A dire vrai je ne savais pas si je devais jouer à nouveau la bonne samaritaine. Je sais que mon maître me tuerait s'il débarquait tout de suite en le voyait ici. Et je ne sais pas de quoi ce Yildun était capable si je devais le garder ici. Alors oui, mes bons et mauvais côté était en conflits vis-à-vis des choix à faire. Mais bon, je suis Lee Kyung Ah, je me connais… Je ne vais pas mentir, je ne suis pas insensible à son histoire si cela est vrai. Je ne sais pas ce que c'est d'être un fugitif, j'ai cependant une idée de ce qu'on peut ressentir...

« Tu as prit un énorme risque le pervers. »

… Mais bon, autant m'amuser un peu de la situation dans laquelle il s'est fourré, non ?

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Outdated.

Messages : 386
Date d'inscription : 22/04/2015
Pseudo : sterennade.
Avatar : godfrey gao.
Profession : barman + mafieux.

MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   Ven 17 Juil - 15:58


in the darkness.

Un sourire amusé (presque tendre) éclaire le visage de Yildun. Penchant la tête légèrement sur le côté, il poursuit son observation. Il s’attarde à nouveau sur les traits tendus de son joli visage, et il perçoit avec clarté le trouble qui l’accable. Le dilemme n’est pas difficile à deviner ; il suffit d’un peu de rationalité et de clairvoyance, en rapport aux données stockées. L’homme laisse son regard à la dérive, et il fait quelques pas. Posté à la fenêtre, toujours entrouverte, il savoure les gorgées d’air frais. Aussi, dans le ciel, aucune étoile. Seule une voute opaque et infinie s’offre aux regards curieux. Il revient sur ses pas, s’approchant de sa princesse en détresse (lui, le vile goujat aux faux airs de prince errant). Une forme au pied du lit attire alors son oeil vif et alerte. L’homme se courbe, et attrape le fin tissu qui se révèle être… une petite culotte. Son sourire devient coquin, à la vue d’une lingerie. Deux « hmm hmm » passent ses lèvres. D’un doigt tendu, il lève le dessous chic et pivote sur ses pieds, faisant face à sa propriétaire. « Un motif léopard, sérieusement ? Je pensais que seules les femmes âgées en raffolaient… ». Après sa remarque suit un petit rire moqueur.

Le fugitif se laisse choir sur le lit, ses yeux posés sur la jeune femme. Il est conscient de son jeu mesquin, mais il ne peut s’y dérober. Yildun est ainsi fait. Aussi, il donne (enfin) quelques éléments de réponse à sa captive. « Pour le propriétaire… C’est aisé ». L’homme se lève, dans un mouvement fluide et « bestial ». Primitif. Il revient vers sa proie, adossée contre le mur. Les jambes pliées, le fugitif croise le regard peu farouche de son interlocutrice. « Dis-lui que je suis ton petit-ami… Cela expliquera ma présence ici, et… tes cris de plaisir pendant la nuit ». Toujours amusé, presque fasciné à présent, l’homme caresse des yeux ses traits. Puis il ajoute. « Te faire confiance ? Je l’espère… ». Et tout sourire disparait. Yildun fronce les sourcils, et dévisage en silence la jeune femme. D’un ton froid et sérieux, il reprend. « A toi de voir… Si tu peux avoir ma destruction sur la conscience, alors tu me dénonceras. De toute manière, tôt ou tard… ». La phrase reste en suspens, inachevée. Funeste aussi.

Yildun joue quitte ou double, et il le sait. Pourtant, et c’est étrange, il sent qu’il peut être en sécurité ici. Un murmure passe ses lèvres. « Je ne serai pas un fardeau ». L’homme sait se terrer, et ne faire qu’un avec l’ombre. Il est une silhouette furtive ; intouchable et vive. Il craint les dysfonctionnements, qui eux seuls, l’affaiblissent. Son épée de Damocles. A la fois force et défaillance. Yildun retrouve son sourire courbé. « Enorme ? Oui, c’est le mot je crois… ». Il dit cela en regardant la poitrine volumineuse, puis il hausse les sourcils ; aguicheurs.





Dernière édition par Yildun le Lun 27 Juil - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sterennade.tumblr.com
Invité

Invité


MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   Dim 19 Juil - 20:14


Leeya Ҩ Dunie



Ҩ What the fuck ?  




Je ne sais pas combien de temps je tiendrais. Il savait m'exaspérer à un point qu'il n'imaginait pas. Je suppose que c'était désormais son but de me faire sortir de mes gonds. Comment savait-il faire ça alors que je le connais à peine ? Ouais ça faisait vraiment chier. Mes yeux suivaient sa silhouette sans la lâcher du regard, imprimant chacun de ses gestes. Je soupirais, pensant à comment j'allais me débarrasser de ce parasite avant qu'il me montre la chose traînant sous mon lit. Et là, un choc. La gêne m'envahit soudainement et que si je pouvais, j'aurais rougit. Putain, c'était vraiment la honte... Quand on me dit que je suis vraiment bordélique, ça n'a jamais été aussi vrai ce soir. Je ne me laissais pas atteindre par la remarque qui sortait de ses lèvres. Je ne veux pas lui faire ce plaisir après tout. A une vitesse folle, je lui arrachais cette lingerie qui était la mienne, cachant ma honte dans un tiroir de ma commode. C'était désormais officiel, je le détestais....

J'haussais les sourcils, en entendant l'excuse que je devais donner à mon propriétaire qui n'était pas aussi tendre qui pourrait le penser. Mon petit ami ? Je n'ai jamais pensé à sa réaction si j'avais réellement un petit ami. Enfin, le connaissant, je sais que ça ne lui traversait même pas l'esprit qu'un robot puisse attirer un homme dans ses filets. Un ricanement sarcastique traversait mes lèvres, pas moins amusée par ses dernières paroles


« Des cris de plaisirs ? Rien que ça. »

Heureusement qu'il ne sache pas encore où je travaille. J'ose même pas imaginer ce que son esprit tordu pourrait imaginer. Je ne sais pas quel genre de fille il pense que je suis mais soit... Si c'est son fantasme de me mettre dans son lit, qu'il continue à le nourrir...

« Les seuls cris qu'on risque d'entendre ici c'est les tiens sous ma torture »

Aussi menaçante qu'un nouveau né. Je vous l'ai dit, ceci n'est pas dans ma nature. Je ne savais pas si Yildun me prendrait au sérieux... Soyons réaliste, c'est lui qui a réussi à me faire peur en mettant les pieds chez moi. Mon regard croisant le sien, ce dernier profitant une nouvelle fois de ma poitrine de par sa remarque. C'était la fois de trop. Je claquais ma langue contre mon palet avant que mon poing ne vienne s'abattre sur son épaule

« Tu vas arrêter avec ma poitrine à la fin ? »

Les hommes étaient tous les mêmes ? Obnubilée que par d'opulente poitrine ? Irrécupérable... Si j'avais pu choisir lors de ma conception, je n'aurais pas demandé quelque chose d'aussi gros. Je poussais un énième soupir tandis que je m'autorisais à m'asseoir sur mon lit. Mes doigts dans mes cheveux, je les repoussais en arrière. Gosh, j'en revenais pas encore de ce que je m'apprêtais à dire.

« Ecoute, je reconnais que je m'en voudrais s'il t'arrivait quelque chose…»

A qui je pourrais faire croire que je suis cette file cruelle ? Je suis telle quelle, c'est indéniable. Une petite sentimentale surement encore trop naïve qui préférait avoir des remords que des regrets. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser si c'était Sungyeol par exemple… Yildun reste un androide malgré tout ce que je peux penser. Je suppose que si les rôles étaient inversés, j'aurais voulu qu'on me protège. Je ne voulais pas aller à l'encontre des principes que j'ai forgées.

« Mais commence pas à te faire des illusions non plus. »

Je ne voulais pas qu'il pense que je me suis aussi attachée à lui après plusieurs minutes. Il était tellement tête à claque et insupportable.« Tu peux rester ici quelque temps...»Je sens que les prochaines heures risque d'être assez longues, mais bon je suppose que c'était la meilleure chose à faire en vue des circonstances. Même quelqu'un comme lui ne méritais pas d'être traqué comme un animal. Je me perdais à nouveau mon regard dans le sien

« Kyungah… Je m'appelle Lee Kyung Ah »

Autant que je lui donne mon nom maintenant. Aucune envie qui m'appelle la " nana à la grosse poitrine " ou quelque chose dans ce goût-là

« Je préférerais que tu te fasses le plus discret possible pour l'instant, je ne veux pas que mon maitre apprenne ton existence. »

J'appréhende sa réaction en sachant que j'héberge quelqu'un. Il ne sera pas aussi tolèrent qu'il le pense. A vrai dire, je ne sais pas s'il était plus en sécurité ici... J'espère ne pas regretter mon choix

« Et s'il te plaît arrête tes réflexions sur mon physique et de fouiller particulièrement dans mes affaires »

Bien sûr que je ne m'étais pas remise de sa trouvaille sous mon lit. S'il osait regarder dans mon tiroir à lingeries, je n'ose même pas imaginer tous les jolis compliments qu'il me ferait.

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: In the darkness feat Yildun   

Revenir en haut Aller en bas
 

In the darkness feat Yildun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Castlevania: Legacy of Darkness - N64 - 1999
» Castlevania Curse of darkness
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» Fally I. feat Olivia(candy shop) ADBM
» Edge of Darkness (mini-série BBC 1985)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ELECTRIC HEART :: fin de partie :: Game over. :: ♣ rps :: rps en cours-